Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Le pervers narcissique peut-il changer et être pardonné ?

Le pervers narcissique peut-il changer et être pardonné ?

Le 03 janvier 2016
Un pervers narcissique ne change pas : Son déni, son abus de pouvoir, sa domination, son emprise et sa destruction sont illimitée, car il est dans la toute puissance narcissique. Le pardon des victime
Christine Calonne se spécialise depuis de nombreuses années dans l'aide aux victimes de pervers narcissiques et dans une réflexion théorique sur la spécificité de la perversion narcissique. Celui-ci est une personnalité rigide, dominatrice, qui ne se remet pas en question, car il est animé par un sentiment de toute puissance mégalomaniaque. C'est une défense qui lui permet de nier son vide intérieur abyssal, son absence de sentiments, sa souffrance. Il préfère ses défenses basées sur la séduction manipulatrice, l'emprise et la domination de l'autre, puis la jouissance de la destruction de l'identité de sa proie. Sa jouissance accompagne ses stratégies calculées et orchestrées consciemment pour vampiriser et épuiser l'autre jusqu'au meurtre d'âme. Ses défenses ont de telles avantages pour lui, qu'il refuse une remise en question, un dialogue, une ouverture de coeur à l'autre. Il ne veut pas changer pour ne pas souffrir. Il préfère faire souffrir l'autre et en jouir. C'est pourquoi il ne faut espérer aucun changement, malgré ses belles promesses. La seule évolution pour la victime réside dans le désir de sauver sa peau : c'est arrêter de se justifier, vouloir comprendre et excuser les agressions en référence à un passé de victime. Il est responsable de ne pas se faire aider et il n'a pas à rendre responsable sa proie de ce qu'elle vit avec lui. Pardonner, c'est nier la destruction consciente du pervers, les mauvais souvenirs, les mauvais traitements, pour continuer à espérer ce qui ne viendra pas. Prendre conscience de la violence psychologique et le fonctionnement du pervers par une aide thérapeutique est le seul moyen de sauver sa peau et de trouver la force de fuir. Le pervers ne lâche jamais sa proie, sauf s'il l'a épuisée et n'a plus rien à en tirer. Il peut alors la jeter et chercher une autre proie. Il ne faut pas en arriver là. Il faut réagir pour se sauver et sauver ses enfants d'un meurtre d'âme.
c