Menu

Psychologue Namur / Liège : La Perversion Narcissique

Consultations sur Skype

Christine Calonne vous accueille dans un cadre calme, nature, propice à l’introspection et à la découverte de soi, grâce à son écoute empathique, chaleureuse, sans jugement, son dialogue interactif avec vous.
Psychologue psychothérapeute à Namur et à Charneux, près de Liège, elle s’est spécialisée dans l’aide aux victimes, particulièrement les victimes de pervers narcissiques.

Christine Calonne publie le 19 février 2019 son livre « Les pervers narcissiques, récits et témoignages », éd. Ellipses, sur la perversion narcissique. En voici le résumé sur la quatrième de couverture : « A partir de sa pratique clinique, des témoignages de ses patients, victimes et pervers narcissiques, Christine Calonne décrit la perversion narcissique selon un modèle bio-psycho-social. Elle retrace l’histoire de ce concept. Elle démontre la transmission transgénérationnelle de la perversion narcissique, trouble de la personnalité qui prend naissance dans un climat familial de type sectaire. L’emprise s’y manifeste par l’interdit d’autonomie, la réduction de l’autre à l’état d’objet, des techniques de persuasion coercitive, un lavage de cerveau, un harcèlement moral au quotidien, des violences permanentes et diffuses. L'auteure fait le lien entre le profil du pervers narcissique et celui du gourou de secte, du mafieux, séducteur et parfait en public, mais prédateur humain en privé. Elle définit le déni du stress post-traumatique vécu dans son enfance, le syndrome de Stockholm et comment ce déni le pousse à répéter les violences subies dans son passé. De même, elle montre que le stress post-traumatique, le syndrome de Stockholm de la victime la relie à son bourreau dans une relation d’addiction relationnelle, de nature psychologique et biologique. Elle dresse le profil de la victime.

La prédation du pervers narcissique entraîne un stress post-traumatique et le syndrome de Stockholm également chez ses enfants, sur ses proies dans le milieu familial, professionnel, amical. Elle en décrit les conséquences pour les victimes et l'entourage. Elle propose des pistes de traitement et de reconstruction pour les pervers narcissiques et les victimes, traitement pluridisciplinaire, incluant les techniques psycho-corporelles, en parallèle à une approche verbale empathique et non jugeante. Elle envisage comment la société patriarcale, dominée actuellement par l’économie, est le terreau de la perversion narcissique. Elle propose des pistes de prévention et des solutions pour évoluer vers une culture de l’empathie, plus respectueuse de l’humain et de la vie. Christine Calonne est licenciée en psychologie clinique de l’Université de Liège en Belgique. Elle est psychothérapeute, écrivain, conférencière, formatrice, spécialisée depuis 26 ans dans l’aide aux victimes de pervers narcissiques. Elle a créé un centre pluridisciplinaire d’aide aux victimes de pervers narcissiques à Namur en Belgique où elle propose des ateliers, un groupe de parole, des conférences, des suivis individuels ou familiaux.

Vous avez une question ? N’hésitez-pas à me contacter au : + 32 42 90 58 14

La Perversion Narcissique

La psychologie nous permet de nous comprendre dans notre fonctionnement psychologique. La compréhension est le premier pas vers la guérison.
Votre psychologue psychothérapeute à Charneux près de Liège et Namur s'est spécialisée dans deux domaines de la psychologie : l’aide aux victimes et la perversion narcissique, les troubles alimentaires.

A. Qui est le pervers narcissique ?

C'est un individu qui ne supporte pas qu’on lui fasse de l’ombre, car il vit dans un délire de toute-puissance. Il est prêt à écraser et détruire celui qui l’empêche d’exercer sa toute-puissance.

Je me suis efforcée au cours des années de comprendre le fonctionnement d’un pervers narcissique, manipulateur plus destructeur que d’autres manipulateurs.

1. Le pervers narcissique a un fonctionnement pervers :

Il fonctionne sur le mode du déni, déni de la différence (nous devons penser, agir, réagir, comme lui), déni de l’autre (l’autre n’existe pas pour lui, si ce n’est comme prolongement de lui-même), déni de la loi (il refuse tout interdit, notamment l’interdit du meurtre et de l’inceste qu’il transgresse couramment), le déni de la souffrance (il faut être fort, dur et insensible pour un pervers narcissique), le déni de la féminité (le pervers est misogyne et dénie les caractéristiques féminines comme l’émotivité, la sensibilité, la capacité à souffrir, l’empathie, l’accueil de l’autre, l’imagination créatrice,…). Ces mécanismes de défense pervers sont le clivage et la projection. Il nie la partie de lui qui souffre et projette sur l’autre cette partie qu’il ne veut pas reconnaître et ressentir en lui. Il projette en l’autre, par exemple, sa tristesse, ses angoisses, sa partie enfant blessé, maltraité, inconsciente. C’est sa proie qui ressent pour lui tout cela. Il fait l’économie ainsi de la prise de conscience et de l’expression de ses émotions, de ses besoins frustrés, ainsi que d’un travail sur soi. Ce sont ses proies qui viennent le plus souvent en consultation, suite aux violences exercées par lui.

2. Le pervers narcissique exerce du harcèlement moral ou sexuel :

Il jouit de la destruction de l’identité de l’autre. Il fait un lavage de cerveau par des violences psychologiques, verbales au quotidien. Il fait croire au mythe d’ une guerre économique qui fait régner la peur pour mieux dominer ses proies. Il maltraite psychologiquement par le dénigrement et la culpabilisation, toutes sortes de moyens de pression. Il utilise des armes au-dessus des lois, connaît très bien les lois et les manie de façon procédurière pour gagner et détruire d’autres prédateurs comme lui. Il est blindé contre la souffrance, les émotions. Il ne ressent aucune empathie. Par la rationalité stratégique, il peut jouer n’importe quel rôle même celui de la victime parce qu’il veut le pouvoir. Derrière des rôles de dominateur machistes, derrière sa toute-puissance, se cache un vide abyssal, car il n’a pas d’identité véritable.

3.Il projette sa personnalité sur l’autre en bourreau sadique :

Ce sont les autres qui sont incompétents, manipulateurs, violents, ... Il injecte sa violence en l’autre à force d’insultes, de dévalorisations, de culpabilisation, de chantages, de menaces, de fausses urgences, de dramatisation et de minimisation, de silences culpabilisants, … Il reste de marbre ou se montre séducteur en public. Il souffle le chaud et le froid pour déstabiliser et manipuler. Si sa proie a compris son fonctionnement psychique et veut sortir de son emprise, il harcèle, par une violence verbale, des actes qui visent la destruction de l’autre. Au travail, il va réduire les outils de travail, exiger toujours plus de rentabilité sans jamais reconnaître le travail de l’autre, exploiter, réduire les acquis sociaux, utiliser les autres pour faire ce que lui ne peut pas faire et ensuite les dénigrer. De cette manière, il fait perdre confiance en soi, estime de soi, assertivité. Il détruit les liens familiaux de sa proie, ou isole son partenaire en semant la zizanie. Il privilégie un membre de la famille en négligeant un autre, en offrant des cadeaux à son faire-valoir, en punissant exagérément, … Il jouit de cette “déchéance de l’autre” qui s’épuise et devient déprimé (fatigue, perte d’estime, culpabilité exacerbée, retrait social, douleurs, insomnies, perte d’appétit, refuge dans son lit, ….). La victime souffre d’un stress post-traumatique suite au stress chronique que causent ses violences (angoisse qui se somatise par des douleurs, des palpitations, des crampes, des tremblements, des sueurs, des cauchemars, des flash-backs, des angoisses de retourner au travail, de négocier, car le dialogue est impossible. Le pervers narcissique a toujours raison, ne peut supporter la contradiction et il attaque l’identité de l’autre en niant son existence. Il ne dit même pas bonjour, par exemple, ou bien manifeste une écoute aversive (regarder son téléphone pendant que vous lui parlez). Il envie les qualités de sa proie souvent choisie pour ses qualités de conscience professionnelle, de perfectionnisme, de générosité, d’empathie (compétence, volonté de bien faire, sentiment de responsabilité, valeurs altruistes, honnêteté, empathie, bienveillance, …). Il instrumentalise l’autre qu’il considère comme un objet. Une fois sa proie séduite, il la maltraite psychologiquement pour l’exploiter et la vider de son énergie (ressources psychologiques, spirituelles, matérielles, relationnelles, …). Il veut la détruire grâce à ses stratégies manipulatrices, destruction dont il jouit consciemment, même s’il dit le contraire.

4. C'est un comédien pour vampiriser sa proie :

Il commence la mise sous emprise par une séduction narcissique (attirer à soi pour avoir le pouvoir sur l’autre), en cherchant les points communs, les points faibles, en étant faussement convivial, sympathique, protecteur, ... En fait, il est hyper-contrôlé, stratégique, calculateur, ambitieux. Il veut le pouvoir, car c’est la seule chose qui lui permet de survivre, étant vide intérieurement. Il se montre théâtral, charismatique pour séduire (on lui donnerait le bon dieu sans confession). Mais, il a deux visages (ange et démon).

5. Le pervers narcissique à des traits narcissiques :

Beau parleur, d'excellente présentation pour séduire, il paraît parfait au premier abord.

Son sentiment de supériorité et de toute-puissance, son langage persuasif, sa rhétorique très efficace, son charme, sa capacité à monopoliser l'attention, la parole lui permet de conquérir facilement sa proie.

Son désir de pouvoir, de splendeur, de beauté, de succès illimité le rend très déterminé pour séduire et établir une relation d'emprise avec la victime.

Pensant que tout lui est dû, il peut exploiter les ressources d'autrui sans culpabilité, sans empathie ni remords. Envieux, il est un éternel insatisfait et veut toujours plus avoir, dominer.

6. Le pervers narcissique nie des angoisses psychotiques :

Le pervers narcissique nie ses conflits intérieurs et ses angoisses profondes. Il s'agit d'angoisse de disparaître, d'être anéanti par l'autre. Il voit en l'autre l'ennemi à abattre, celui qui veut le détruire. L'autre est pour lui une menace et il anticipe l'attaque en attaquant sa proie.

Sans identité, il survit en conquérant le pouvoir comme un homme qui se noie et s’accroche à une bouée de sauvetage.

En perte de pouvoir, il peut être submergé par des angoisses qui le font délirer sur un mode paranoïaque ou schizophrénique.

B. Quelles sont les caractéristiques typiques de sa personnalité ?

1.La jouissance à détruire : Tout ce qui contredit sa position, tout ce qui pourrait révéler sa souffrance niée fait l’objet de sa violence perverse. Cette jouissance provient du fait qu’il est traversé par la haine de l’autre, perçu comme un ennemi, un prédateur potentiel comme lui. En effet, il projette sur l’autre ses caractéristiques destructrices. Cette jouissance provient d’un sentiment de vengeance à l’égard de son vécu passé.


2. Le déni : Il nie tout ce qui lui est insupportable, toute souffrance en lui et en l’autre. Il nie l’autre comme individu différent, la loi, les règles, la différence de génération, la vie intérieure, les liens humains, …


3. La toute-puissance narcissique : Il a un ego sur-dimensionné.


4. Le désir de paraître : Par une séduction narcissique, il cherche à donner une image parfaite de lui en public pour mieux séduire, manipuler, installer l’emprise sur sa proie. Il est obsédé par son image sociale.


5. La vampirisation : Comme il est vide de valeurs, de sentiments, d’émotions tendres ou tristes, il agresse et manipule l’autre pour détruire son identité et s’emparer de son énergie. Il tente de s’approprier ses ressources (ses valeurs, sa joie de vivre, sa générosité, sa créativité, ses biens, ses relations, …).


6. Le théâtralisme : Il est vide, inconsistant, mais peut mimer les émotions, les sentiments, les attitudes de l’autre, pour paraître parfait, ou pour se faire passer pour une victime, …

 
7. L’enfant immature : Au niveau de son développement psychologique, il est encore un petit enfant, incapable de supporter la frustration, le manque, incapable d’attendre, égocentrique, et irresponsable, sans limites, irrespectueux de la loi, des règles, de la différence. Il n’a pas de limites.

 
8. Calculateur : contrairement aux autres manipulateurs, il est stratégique, très contrôlé. Il agit dans l’ombre, calcule tout, son comportement, le choix de tel ou tel relation, uniquement par appétit de pouvoir. Il dispose d’une intelligence de guerre.

 
9. Prédateur : Il voit l’autre comme une proie si elle est possède des ressources qui lui permettent d’accéder au pouvoir, d’avoir une consistance (qualités créatives, humaines, vitalité, valeurs, statut social, relations, biens)

 
10. L’absence d’empathie et de culpabilité : Egocentrique, il ne sait pas se mettre à la place de l’autre, se relier à lui et ressentir ses émotions et ses besoins. Il ne reconnaît pas la loi différenciant le bien et le mal. Il ne reconnaît pas l’autre. Son égocentrisme, son esprit de vengeance lui permet de détruire pour arriver à ses fins sans empathie et sans culpabilité.

11. L’instrumentalisation : Il utilise l’autre comme un outil pour arriver à ses fins, en l’exploitant, en le détruisant, sans culpabilité ni excuses.

 
12. La victimisation : Il sait se faire passer pour la victime grâce à ses talents de comédien, sa capacité à inverser la situation, à séduire et à persuader.

 
13. L'insatisfaction : Le pervers narcissique n'est pas capable d'éprouver un sentiment de satisfaction et de bien-être, car il dissocié de son corps, de sa vie intérieure. Il veut toujours plus.

 
14. L'isolement de la proie : Il isole sa proie de son entourage afin de la dominer, de l'exploiter et de la détruire.

 
15. La violence psychologique et verbale : dévalorisation, culpabilisation, insultes, menaces, chantage, fausses urgences, dramatisation, minimisation, silence culpabilisant, envahissement de l’espace de l’autre, diffamation, jugement, critiques constantes, …etc.

 
16. Le langage paradoxal : il manie le langage non pour communiquer, mais pour rendre l'autre confus, incapable d'analyser, d'exercer son esprit critique. Il recourt à un langage paradoxal pour y arriver. Il alterne des phrases contradictoires, ou un phrase suivie d'un comportement signifiant l'inverse de sa phrase. Il joue un double jeu, par exemple protecteur en public, persécuteur en privé.

 
17. Souffler le chaud et le froid : Il prive affectivement sa victime, exerce des violences sur elle, puis il l'idéalise, la flatte afin de la rendre confuse et de maintenir l’emprise.

 
18. L'inversion : Il fait passer la victime pour l'agresseur et projette sur elle ses caractéristiques. Il donne à son enfant le rôle de parent.

 
19. Incapacité à supporter le bien-être de l'autre : Il envie son bien-être, son bonheur et jouit de la voir souffrir, être malade, être au plus bas. Mais, il sent jusqu’où il peut aller dans sa maltraitance pour que la victime ne prenne pas conscience de son jeu destructeur.

Ainsi, votre psychologue à Namur et Charneux près de Liège a pu se rendre compte que ce type de personnalité se multipliait à grande vitesse dans notre société moderne, car ce profil correspond aux caractéristiques fondamentales de notre société qui devient perverse et narcissique.

C. Influence de la société actuelle :

1. L’individu considéré comme objet, prédateur humain :
Le colonialisme capitaliste cultive la raison, la maîtrise, les rapports de forces et les jeux de pouvoir dans notre société patriarcale, au nom de la science, de l’industrialisation, de la religion avec perversité (attaque de la personne par le jugement), mais maintenant la société néo-libérale a institué l’hommemachine, outil, coupé de la nature, du corps, des émotions, enfermé dans son mental. La rentabilité, la compétition à outrance a pris le pas sur l’éthique et les valeurs humaines. Elle déshumanise et ravale l’homme à l’état de prédateur humain. La société de consommation encourage à considérer l’autre et soi-même comme une mécanique à jouir, un objet.

2. Le paraître :
Dans notre société, séduire par l’image, le mensonge, les belles paroles, les attributs du pouvoir, permet de gravir les échelons et se se faire une place au soleil, car l’éthique et les valeurs humaines disparaissent au profit de la rentabilité. Le cartésianisme ne valorisant que la raison au détriment du sentir, des sens, de la nature, des êtres, des femmes, de la terre, des fous, ne reconnaît que le moi rationnel et nie l’autre dans sa différence, puisqu’il se base sur le fait d’avoir raison, sur la persuasion. Il valorise le culte de la performance et de la rentabilité à tout prix, au bénéfice des plus riches, ayant accès à l’école, aux cours particuliers, à la culture familiale, ... Le culte de l’image utilise les émotions, la violence, l’envahissement des médias « people » et la technologie. Mais, ce culte déshumanise et isole l’être humain. Il le rend pareil à un mouton, sans esprit critique, manipulable. La psychologie, en lien avec la sociologie, analyse la société actuelle. Elle met en évidence des solutions pour sortir de cette impasse, comme le développement de son féminin intérieur, ouvrant à l’intériorité, à la paix intérieure, à la plénitude, des moyens de contremanipuler face aux attaques perverses. Leur identification, la solidarité et le dialogue entre conjoints, travailleurs, parents et enfants, permet de déjouer les manipulations perverses pour faire restaurer l’humain, l’amour, pour se protéger et prendre soin de soi, de ses besoins et de ceux des autres de façon bienveillante et solidaire.

D. Des pistes pour s'en sortir :

Dans son livre « Les violences du pouvoir », paru chez L’Harmattan en 2005, Christine Calonne analyse la personnalité perverse narcissique, le profil de la victime, propose des pistes pour s’en sortir.

1. Apprendre à vous écouter :
Ecouter votre corps, vos sensations, vos émotions, vos rêves. Ils vous donnent des signaux d’alarme que quelque chose ne va pas dans votre relation et en vous. Identifiez les agressions liées aux tensions et aux émotions pénibles que vous éprouvez. Développez des objectifs pour restaurer l'estime de vous et la confiance en vous, l’amour inconditionnel pour vous-même.


2. Développer une attitude mentale positive et s'affirmer :
Il s'agit de définir les pensées et croyances limitantes, les émotions pénibles afin d'y répondre par des pensées alternatives positives et de nouvelles croyances, libérant de la culpabilité excessive, issue de la culpabilisation par le manipulateur. Il s'agit de contre-manipuler en prenant distance par l’observation de toute mise sous pression, toute tentative de jeu de pouvoir. Il es possible de contremanipuler par l'humour, par des réponses vagues qui ne laissent pas prise à la manipulation, en refusant de répondre immédiatement au sentiment d'urgence du manipulateur, ... Il est important de percevoir que l’emprise est une relation de pouvoir et de destruction, et non une relation d’amour de la part du manipulateur. Cela aide à ne plus se laisser faire. Ceci va permettre la sortie de l'emprise, la reconstruction de soi. Faites la liste des agressions pour déculpabiliser et ne plus vous laisser séduire. Tentez de repenser aux scènes violentes en prenant de la hauteur pour ne plus retomber sous emprise. Vous pouvez vous libérer émotionnellement de la dissociation traumatique causée par les violences perverses (hypnose, sophrologie, EMDR, …). Adressez une lettre à l’agresseur et ne l’envoyez pas, mais brûlez la.

 

3. Se libérer de l'isolement :
Le manipulateur a du tenter de vous couper de vos liens affectifs e de vos liens importants. Prendre contact avec un thérapeute, un médecin, un groupe de parole, une association, collecter des preuves, chercher une assistance juridique apportent le soutien nécessaire pour reprendre confiance en soi et estime de soi. Ils aident à reprendre courage et foi en soi.

4. Être défendu par un avocat :
Un avocat au clair avec ce qu’est la manipulation peut vous défendre en cas de divorce.

5. Si vous vivez un harcèlement au travail :
Vous pouvez recourir au syndicat, à la médecine du travail, à un centre spécialisé dans le traitement du harcèlement au travail, à la solidarité d’autres travailleurs, à un psychologue connaissant le harcèlement au travail.

6. Rester à distance :
Il est important de manifester face au manipulateur un comportement indifférent, des paroles floues “c’est ton avis”, “c’est toi qui le pense”, ... En effet, en restant à distance, vous n’êtes plus vampirisé par la haine du manipulateur. Dans cette optique, il vaut mieux en dire le moins possible sur vous pour ne pas que le manipulateur retourne l’information contre vous .

7. Vous protéger :
Garder les emails, les sms, les lettres, ... Toute preuve face à la justice peut vous aider à vous faire reconnaître victime.

8. Vous libérer de l’emprise :
En identifiant ce qui vous y maintient, en évitant le manipulateur, en développant d’autres relations amicales, des activités de détente, ressourçantes, vous pouvez vous renforcer dans votre confiance en vous. Quelles croyances, quelles peurs, quelles angoisses, quels schémas de relation de l’enfance répétez-vous et pourquoi ? Répondre à cette question permet de ne pas répéter ce type de relation.

9. Si vous souffrez de harcèlement au travail :
Il vaut mieux chercher un autre emploi, ou un autre poste dans la société, car le pervers narcissique refuse la négociation, le dialogue constructif et ne se remet pas en question.

10. Accepter que vous ne pouvez pas changer le manipulateur :
Il ne peut se remettre en question. Vous ne pouvez lui faire comprendre votre ressenti, ou attendre des excuses, puisqu’il n’a pas d’empathie et est totalement égocentrique, dépourvu de culpabilité.

11. Le traitement des traumatismes psychologiques :
Les traumatismes causés par la violence du pervers narcissique nécessitent une approche psycho-corporelle afin de vous libérer de la mémoire traumatique. Cela vous permettrait de retrouver l’estime de vous et la capacité à vous affirmer, à vous reconnecter au corps, à retrouver vos ressources profondes, la capacité de bien-être. Je suis spécialisée dans le traitement du stress post-traumatique causé par la perversion narcissique en hypnose éricksonienne. Vous pouvez lire la page consacrée à l'hypnose.

Ces pistes sont aussi une aide pour les personnes souffrant de comportements de perversité de la part d’un autre qui n’est pas nécessairement un pervers narcissique (cfr. « Petits abus de pouvoir en privé », Ixelles éd., 2012) : identifier les agressions, les pensées ou émotions qui vous empêchent de vous affirmer et qui vous poussent à vous laisser faire, apprendre à penser à vous, à prendre du temps pour vous, à prendre soin de vos besoins, apprendre à mettre des limites, développer une vie personnelle plus riche qui vous libère de la domination, développer l’affirmation de soi, …

Pour une consultation en psychologie avec Christine Calonne, psychologue, rendez-vous dans les cabinets de Charneux (proche Liège) et Namur.

Voici le nouveau livre de Christine Calonne "Les pervers narcissiques, 100 questions/réponses" (éditions Ellipses 2016) pour aider les victimes et les intervenants sociaux à faire face à la perversion narcissique.

La perversion narcissique est un terme actuellement mal compris par le monde médico-social comme par le grand public. Les victimes souffrent de cette incompréhension, sont peu ou mal aidées dans le traitement psychologique et médical de leur état, dans l'aide juridique, ou dans les expertises.

Ce livre explique le fonctionnement psychologique du pervers narcissique, sa manière de séduire, mentir, jouer la comédie, de mettre sous emprise et de détruire sa proie pour en jouir, sa terreur inconsciente de la persécution, liée à des carences précoces, à des violences subies dans la petite enfance. Il décrit ses mécanismes psychiques conscients et inconscients, son origine. Il présente également les failles de la victime susceptibles de l'attirer, ainsi que les effets de son comportement destructeur sur la victime. Le livre présente la réaction fréquente de l'entourage, de la famille aux comportements du pervers narcissique. Il propose des pistes d'aide pour l'entourage et s'adresse autant aux intervenants sociaux (psychologues, médecins, psychiatres, assistants sociaux, policiers, ...) qu'au grand public.

Christine Calonne travaille, en collaboration, dans son centre d’aide aux victimes de Namur, avec Erika Benkö, victimologue et spécialiste en gestion de conflits.

ERIKA BENKÖ

site internet : www.erika-benko.be.

Tel: 0032 474 38 17 92

adresse email : erikabenko@yahoo.fr

Voici ma présentation :

1. Ma formation :

Assistante en psychologie de formation (2007), je me suis spécialisée dans la gestion de conflits interpersonnels depuis une dizaine d’années. Certifiée victimologue depuis 2018 (Uliège – facultés de Droit et de criminologie), mon travail de fin de formation portait sur la distinction entre le conflit et la violence psychologique. Ce travail est le fruit d’un long cheminement et d’une recherche personnelle.

2. Mes compétences :

Je suis une maman de deux grands adolescents, et comme toutes les mères cela amène surtout du bonheur et parfois des moments plus durs à vivre. Ces sont les compétences sociales et relationnelles qui permettent de relever bien des défis et des situations humaines complexes. Parmi ces compétences, j’ai développé :

des habiletés dans la communication interpersonnellela gestion des émotionsla gestion de conflits interpersonnelsdes capacités d’écoute, d’analyse et d’orientation3. Mon expérience :

Ma carrière professionnelle de plus de 20 ans m’a permis de mettre en œuvre ces compétences.

4. Que puis-je vous apporter ?

Si vous pensez être victime de violences psychologiques, je peux vous apporter ceci : une écoute, un accompagnement éclairé sur le plan personnel et dans la constitution d’un dossier pour la Justice et une orientation vers des confrères ou d’autres services. »

Les caractères pervers

Christine Calonne a sorti en novembre 2018 son dernier livre "Les caractères pervers, 100 questions/réponses" aux éditions Ellipses afin de différencier davantage les pervers de caractère et les pervers narcissiques.

La perversion caractérise une personnalité habile à séduire, à manipuler par ses compétences sociales et relationnelles. Egocentrique, elle cherche à exploiter et à détruire pour jouir de sa violence infligée à l'autre. Celui-ci est perçu comme un objet. Les mensonges, l'absence de culpabilité, d'empathie, de remise en question rendent son comportement déshumanisé et déshumanisant. La violence psychologique, verbale, sexuelle, physique ou économique font partie de son mode de relation à l'autre, sur le versant sadique ou masochiste.

Cette personnalité s'est construite sur un déni de la souffrance, de la perte et de la séparation à la suite de violences subies dans l'enfance, niées par la famille. Elle est souvent confondue avec la perversion narcissique. Mais, la personnalité perverse narcissique n'est pas impulsive. Stratégique, elle manifeste un contrôle parfait en public et se montre très persuasive. Cette personnalité est motivée par une angoisse paranoïaque inconsciente d'être détruite par l’autre, alors que la personnalité perverse de caractère est motivée par une angoisse inconsciente de perdre l’autre.

Comment reconnaître la personnalité perverse, la perversion sexuelle ? Comment identifier les séquelles sur les victimes dans la famille, au travail ? Quel traitement est possible pour la personnalité perverse et pour la victime ? Quelle prévention envisager pour s'en protéger ? Quelles sont les origines sociales de cette personnalité ? Pourquoi devient-elle un phénomène de société aussi important que la perversion narcissique ? Ce livre tente de répondre à ces questions et de proposer des pistes d'aide à la victime, à l'entourage comme aux intervenants sociaux.

Christine Calonne présente sa nouvelle collaboratrice, Madame Muriel Bal, psychologue et hypnothérapeute, spécialisée dans l'aide aux victimes.

Voici ce que Madame Bal dit d'elle :

"1. Qui suis-je ?

Je suis psychologue, spécialisée dans le suivi des personnes victimes de maltraitances psychologiques (manipulation, harcèlement moral, parents toxiques, pervers narcissiques,...). J'ai également des bases solides en ce qui concerne le suivi de personnes HP. Elles ont un profil qui les rend plus vulnérables à l'emprise d'un pervers narcissique. D'autre part, les personnes HP éprouvent souvent des difficultés dans leur vie privée, professionnelle et sociale. Nous pouvons travailler ensemble afin que les caractéristiques spécifiques du fonctionnement HP deviennent pour vous une richesse et non plus un fardeau.


 
 2. Quels sont mes outils ?

Une bonne expérience de la psychanalyse, une écoute empathique et active, des conseils, ainsi que la pratique de l'hypnose thérapeutique.

3. Dans quels cas utiliser l’hypnose thérapeutique ?

  • surmonter des traumatismes (notamment ceux liés aux maltraitances).
  • gagner en assertivité.
  • améliorer votre confiance en vous.
  • respecter vos besoins.
  • renforcer vos ressources.
  • vous aider à mieux vous connaître et vous comprendre.
  • gérer votre stress.
  • gérer vos émotions.
  • arrêter de fumer, …

L'hypnose est un outil très efficace, et qui permet de surmonter les difficultés dans un total respect et avec la collaboration de la personne, ce qui est mon objectif."

Consultez également :